mon-veterinaire-de-garde.fr est un service de renseignements téléphoniques. Il est indépendant des sociétés du secteur vétérinaire.
Un vétérinaire disponible 24h/24

Maladies infectieuses du chien

Maladies infectieuses du chien
4 / 5 - 6 votes
maladies infectieuses du chien

Description des principales maladies infectieuses du chien

Les maladies infectieuses du chien peuvent lui être fatales. Il faut pouvoir réagir vite !

Accueillir un chien chez soi demande une certaine organisation et vous n’êtes pas à l’abri que votre fidèle compagnon tombe malade ! En effet les maladies infectieuses du chien sont légions. Néanmoins la vaccination élimine la grande majorité d'entre elles. Un suivi régulier chez un vétérinaire est indispensable. Afin de vous préparer au mieux, nous vous proposons ici un tour d’horizon des principales maladies infectieuses du chien.

Maladies infectieuses du chien : comment les reconnaître ?

traiter les maladies infectieuses du chien en urgence

Tour d'horizon des principales maladies infectieuses du chien. Vous saurez tout sur leurs symptômes, l'établissement d'un diagnostique par le vétérinaire, les traitements et la prévention.

Si vous constatez que votre chien présente l'un ou plusieurs des symptômes écrit ci-dessous, contactez un vétérinaire au plus vite. Notre service de renseignements téléphoniques vétérinaires vous proposera le numéro d'une clinique vétérinaire de garde, réellement ouverte proche de chez vous.

La maladie de Carré

Très contagieuse, la maladie de carré est un virus qui se propage très rapidement. Peu résistante en milieu extérieur, en général elle se contracte lors d’un contact avec un animal porteur du germe. On la retrouve souvent dans les environnements où les chiens sont nombreux, comme les élevages ou les refuges. Les jeunes chiens y sont particulièrement sensibles et vulnérables. Difficile à reconnaître, les symptômes sont multiples. Il faut donc être vigilant.

Symptômes : 

De façon générale, un chien ayant contracté la maladie de carré se trouve dans un état fiévreux, ne s’alimente plus ou presque plus et ressent un épuisement général. La maladie touche également l’appareil respiratoire et digestif du chien : toux, écoulements nasal, vomissement et diarrhée sont les affections les plus courantes. Si votre chien est malade, il peut également rencontrer des problèmes oculaire comme une conjonctivite. Dans certains cas, le système nerveux peut être touché, ce qui entraîne des crises d’épilepsie ou des méningites. Néanmoins, tous les symptômes ne sont pas forcément présents, ce qui peut rendre son diagnostic difficile.

Diagnostic :

Pour diagnostiquer la présence ou non de la maladie de Carré chez le chien, le vétérinaire procède à un bilan sanguin complet comme dans le plus souvent lors de recherche de maladies infectieuses du chien. Cette grave maladie entraine malheureusement une mort soudaine une fois déclarée. Si votre chien s’en sort, le risque qu’il garde des séquelles importantes est très élevé.

Traitement et prévention :

Heureusement, on peut facilement prévenir cette maladie grâce à la vaccination du jeune chiot. Il est  important de procéder régulièrement aux rappels de vaccination.

L’hépatite de Rubarth

Les chiens et les maladies infectieuses

En contact avec d'autre chiens, votre toutou est plus vulnérable.

Cette maladie infectieuse du foie n’est pas très courante, mais elle peut se révéler très grave, et conduire à la mort du chien en seulement quelques heures. L’hépatite canine est d’origine virale. On la trouve partout dans le monde et elle infecte la plupart des canidés, bien que le chien domestique y soit beaucoup plus sensible. Elle se contracte par contact direct avec un autre chien déjà atteint du virus. Mais votre chien peut aussi contracter l’infection en ingérant des matières fécales ou de l’urine infectée.

Très résistant, le virus peut se propager pendant plus de 6 mois après la guérison. Il convient donc d’être particulièrement vigilant. Ne laissez pas votre compagnon approcher d’autres chiens à l’aspect douteux.

Symptômes : 

Touchant principalement le foie, la maladie peut se déployer pour toucher les appareils oculaires et respiratoires du chien, ainsi que ses reins. Les signes de l’infection apparaissent après une période d’incubation de 4 à 9 jours et se traduisent par différents symptômes.

Diagnostic :

Si vous constatez que votre chien est particulièrement fatigué, qu’il a de la fièvre et présente des troubles digestifs ainsi que des douleurs abdominales, alors il faudra tout de suite penser a l’hépatite de Rubarth et l’emmener en urgence chez un vétérinaire. Dans certains cas, le chien peut présenter une jaunisse. Voir un oedème de la cornée qui prend une apparence bleutée.

Traitement et prévention :

Il n’existe pas de traitement spécifique. La meilleure prévention pour cette maladie reste la vaccination.

La Parvovirose

Maladie virale très résistante en milieu extérieur, elle peut se contracter par simple reniflement de selles infectées. Le virus se propage très rapidement et résiste à plusieurs désinfectants. Extrêmement contagieuse et souvent fatale, elle ressemble à une gastro-entérite hémorragique.

Symptômes :

Les symptômes sont aisément reconnaissables et sont bien plus foudroyants que dans le cas des principales autres maladies infectieuses du chien. L’appareil digestif est le premier touché. Le chien est alors pris d’une violente diarrhée hémorragique à l’odeur nauséabonde. S’en suivent des vomissements, une déshydratation et une forte fièvre. Les chiots sont particulièrement sensibles à cette maladie et sont les plus atteint par le virus de la Parvovirose. Si vous constatez que votre chiot présente une forte diarrhée ainsi que du sang dans ses selles, il faut tout de suite l’emmener consulter un vétérinaire de garde. En s’attaquant aux globules blanc dans le sang du chien, le virus entraîne une baisse des défenses de l’organisme. Déjà malade, votre chien sera d’autant plus sensibles aux autres infections bactériennes.

Diagnostique : 

Le diagnostic du vétérinaire est souvent sans appels, car les signes cliniques sont fulgurants et facilement reconnaissables. Mais votre vétérinaire pourra vouloir s’assurer du bon diagnostic grâce à un test de dépistage, notamment sur les chiens adultes, dont les symptômes sont moins violents que chez le chiot.

Traitement et prévention : 

Epuisante et à haut risque mortel, cette maladie nécessite une prise en charge rapide et une hospitalisation en soins intensifs. Or, chez les chiots, malheureusement l’issue est souvent fatale. Heureusement, des vaccins existent pour prémunir votre chien de la Parvovirose. Accessible dès la 8eme semaine du chiot, il nécessite deux injections à un mois d’intervalle. Un rappel est à effectué tous les 1 ou 2 ans selon le risque potentiel.

La Rage

maladies infectieuses du chien la rage

La rage se contracte par morsure.

Sans doute la plus connue des maladies infectieuses du chien. Sa réputation  n’est plus à faire malheureusement. Mortelle, cette maladie infectieuse est d’autant plus dangereuse qu’elle peut se transmettre à l’homme. Si le risque de contracter la rage en France reste faible, le virus est toujours présent. Concentrée dans la salive des animaux porteurs du virus, on contracte la rage suite à une morsure. Des chiens à l’apparence très saine peuvent tout à fait être porteur du virus. C’est pourquoi toute morsure est à prendre au sérieux.

Symptômes : 

Le diagnostic de la rage s’établit par l’observation des symptômes et du système nerveux de l’animal. La période d’incubation (temps de migration du virus et d’apparition des premiers signes cliniques) est très variable et peut être longue. Chez le chien, les premiers symptômes apparaissent en général entre 15 et 60 jours après la contraction du virus. Le virus commence par se propager dans le cerveau de l’animal ou de l’homme, ce qui engendre des changement de comportements et de la paralysie. La voix et la déglutition peuvent aussi être touchés. Une fois dans les glandes salivaires, le virus déclenche une salivation importante.

Traitement et prévention : 

Malheureusement, aucun traitement n’est efficace et la mort est irrémédiable. Elle survient entre 4 et 5 jours après l’apparition des premiers symptômes chez le chien.
La vaccination de votre chien est fortement conseillée pour limiter la propagation du virus. Elle peut se pratiquer dès l’âge de 3 mois. Il faudra prévoir un rappel tous les ans. Pour l’homme, si vous exercer un métier à risque (en contact avec des animaux), la vaccination contre la rage est fortement conseillée. La vaccination chez le chien est rendue obligatoire dans le cas d’un voyage à l’étranger.

La Leptospirose

D’origine bactérienne elle nécessite l’intervention d’un rongeur pour se transmettre. Les hommes aussi contractent cette maladie. La transmission s’opère par voie transcutanée (par l’intermédiaire d’une plaie) ou par voie orale. Les milieux humides, spécifiquement les points d’eau stagnante, sont particulièrement favorable au développement de la bactérie. De ce fait, il convient donc d’éviter de laisser votre chien se baigner s’il présente des plaies ouvertes.

Symptômes :

Une fois présente dans le sang, la bactérie se propage rapidement à de nombreux organes. Chez le chien les organes les plus touchés sont le foie, la rate et le cerveau. Mais les symptômes sont multiples. Ils apparaissent suite à une petite période d’incubation (quelques jours seulement). La fièvre, les maux de tête et les douleurs musculaires sont communément identifiés comme les premiers signes cliniques d’une infection à la leptospirose. S’en suit ensuite l’apparition d’une hépatite (jaunisse), de vomissements et de diarrhée parfois hémorragique. L’insuffisance rénale provoquée par la maladie entraîne une augmentation de la soif et la quantité de urines. Selon les symptômes, le décès de l’animal est plus ou moins rapide. Cependant l’on note qu’une forme aiguë de la maladie peut entrainer la mort en quelques heures.

Traitement et prévention :

Une fois le diagnostic établit, le vétérinaire prescrit au chien souffrant un traitement composé d’antibiotiques, de réhydratant, d’anti-vomitifs et diarrhéiques. Mais la bactérie se propageant rapidement dans tout le corps, les pronostics de survie ne sont pas très engageant. Pour cette raison, la meilleure façon de protéger son compagnon reste la vaccination, à faire dès que le chiot atteint les 8 semaines. Elle consiste en deux injections à 3 semaines d’intervalles. Ensuite, un rappel annuel sera nécessaire. Cependant si vous vivez dans une zone à risque (zone rurale, marécageuse, humide) il est conseillée d’effectuer un rappel tous les 6 mois.

La toux de Chenil

Comme son nom l’indique, la Toux du Chenil est une trachéo-bronchite infectieuse. Très contagieuse, la maladie se propage vite. C’est pourquoi les chiens vivant en élevage, chenil ou refuge sont les plus touchés par cette infection. En effet chaque année, cette maladie touche un grand nombre de chiens. Elle est l’une des maladies infectieuse les plus répandues en France. La contamination se fait lors d’une rencontre avec un chien infecté. Comme la grippe chez les humains, elle se transmet par un simple contact ou sans contact direct.

Symptômes : 

Les bactéries présentent dans l’appareil respiratoire du chien porteur du virus se propagent à travers un éternuements par exemple. Les agents infectieux pénètrent ensuite dans les voies respiratoire du chien et se multiplient. Le développement de la Toux du chenil est favorisé par un manque d’hygiène et un stress important. Tout comme la grippe ou la bronchite, la maladie a tendance à se propager en saison automnale et hivernale. Les signes cliniques sont similaires aux symptôme d’une grippe ou d’une bronchite chez un humain. Ils sont caractérisés par une forte toux quinteuse. Permanente, cette toux épuise vite le chien.

Diagnostic : 

Si les symptômes s’arrêtent là, la maladie n’est pas mortelle et la guérison du chien est obtenue plus ou moins rapidement (1 à 3 semaines). Néanmoins, mal soignée la Toux du Chenil peut avoir des conséquences plus graves. Le chien atteint développe une forme aiguë de la maladie : la bronchopneumonie. Alors, l’état du chien se dégrade de façon générale et la fièvre est au rendez-vous. La toux est grasse et douloureuse, et l’écoulement nasal épais et purulent. Si vous ne traitez pas votre animal à temps, l’évolution de cette maladie conduit le plus souvent à la mort au bout de quelques semaines. En général, les symptômes suffisent au vétérinaire à établir un diagnostic. Mais, si le besoin s’en fait ressentir, votre vétérinaire pourra analyser les sécrétion nasale et trachéales de votre chien, et même procéder à une prise de sang.

Traitement et prévention :

Heureusement, la toux du chenil se soigne très bien, si le diagnostic est établit suffisamment tôt. Un antitussifs suffira à remettre votre chien sur patte. Cependant, dans les cas les plus grave, des antibiotiques pourront aussi être administré par le vétérinaire. La lutte la plus efficace contre cette maladie reste la vaccination comme c'est le cas pour la plupart des maladies infectieuses du chien.

La piroplasmose

maladies infectieuses du chien tiques

Les tiques déclenchent une maladie infectieuse chez le chien.

À l’origine de nombreux décès chaque année, cette maladie d’origine parasitaire se transmet par les tiques. D’où l’importance de lutter efficacement contre les tiques dès l’arrivée du printemps. Pour protéger vos toutous, de nombreux produits existent, mais aucun n’est efficace à 100%. Pour savoir lequel choisir, il vous suffit de demander conseil à votre vétérinaire. Il est conseillé d’associer différents produits pour une protection efficace. Mais gardez à l’esprit que les produits n’empêchent pas les tiques de se fixer sur la peau de votre chien, mais tue les tiques par empoisonnement. Restez vigilant, et inspecter le pelage de votre chien régulièrement. Si vous trouver une tique, décrochez-là avec précaution. Ensuite écrasez-là ou brulez-là.

Symptômes :

La maladie se propage chez le chien après 48h de succion par la tique. Les symptôme d’une contamination à la piroplasmose sont les suivants : Le chien est amorphe, très fatigué et refuse de se nourrir, il présente une forte fièvre et ses urines prennent une coloration rouge, orange ou marron foncé. Une fois contaminée, une anémie survient, suite à l’éclat des globules rouges dans le sang. S’en suit une intoxication du foie et des reins de votre chien. 
Si après une ballade en campagne, votre chien manque d’appétit ou à l’air abattu, n’attendez pas et contactez tout de suite un vétérinaire en urgence.

Traitement et prévention : 

Pour que votre chien s’en sorte, le traitement doit être mis en place le plus rapidement possible. Une fois le diagnostic confirmé par le vétérinaire, celui-ci administrera à votre chien un traitement par voie d’injections de perfusions ou de transfusions, selon le stade de la maladie.
Bon à savoir : bien heureusement la Piroplamose n’est pas contagieuse. Il existe un vaccin mais celui-ci n’est pas à 100% efficace et est très couteux. N’hésitez pas à demander conseil auprès de votre vétérinaire.

Prévention des maladies infectieuses du chien, pourquoi le faire vacciner ?

Contre les maladies infectieuses du chien, et les maladies virales, la vaccination reste la meilleure solution pour protéger votre fidèle compagnon, mais aussi éviter la contamination de ses congénères. C’est grâce à la vaccination que la Rage est quasiment éradiquée en France par exemple.
En le vaccinant, votre chien réagira beaucoup mieux aux germes et autres bactéries. Donc il aura beaucoup moins de chance de contracter l’une des maladies décrite ci-dessus.

Où faire vacciner son chien ?

Si vous venez d’acquérir un chien auprès d’un éleveur, d’une association ou en animalerie, faites le point avec le vendeur sur l’état de vaccination du chien. Lors de l’accueil d’un chien, une première visite chez le vétérinaire s’impose. C’est lui, et lui seul, qui sera en mesure de définir de quels vaccins a besoin votre chien, en fonction de son âge, de ses antécédents, de la législations et de votre zone d’habitation.

La vaccination doit être pratiquée sur un chien en bonne santé. Veillez bien à ce que votre animal ne présente aucun parasite (puces, tiques) sur lui le jour J. Sinon, il faudra le décontaminer avant de procéder au vaccin.

Les vaccins ne sont pas efficaces à vie, c’est pourquoi des rappels doivent être effectués. Pensez à faire le point avec votre vétérinaire

Nous sommes un service de renseignements téléphoniques

Nos conseillers vous fournissent les coordonnées des vétérinaires de garde près de chez vous 7j/7 et 24h/24.

Nos opérateurs s'appuient sur une base de données qui référence les professionnels de la santé animale. Les informations que nous vous transmettons sont régulièrement mises à jour.

service de renseignements téléphoniques

Contactez nous

service de renseignements téléphoniques

Contactez nous